Qu’est ce qui attire les moustiques ? Pourquoi certains se font plus piquer que d'autres ?

C’est un sujet très complexe où la recherche continue de progresser.

Actuellement, on a déterminé plusieurs attractifs qui attirent le moustique. Le moustique dispose de plusieurs organes(antennes, yeux) qui vont répondre à différents stimuli.

Le gaz carbonique (CO2) :

Nous en relâchons dans notre respiration. Les moustiques perçoivent une variation de CO2 dans l’atmosphère indiquant la présence d’un mammifère à piquer.

Un groupe de personnes attirera donc plus les moustiques qu'une personne seule.

Les odeurs :

Celles-ci sont des composés aromatiques présents dans la sueur ou fabriqués par des bactéries (odeurs de pieds, de chaussettes)

Certaines molécules ont été bien identifiées et sont vendues comme attractifs pour les pièges, comme le BG Sweetscent, l'Octenol, et le Lurex 3.

La sueur contient de très nombreuses molécules. Nous ne sommes pas égaux de ce côté-là, on parle fréquemment dans le langage courant de peau à moustiques, certains se font effectivement beaucoup plus attaquer que d'autres et dans un couple ce n'est pas toujours Madame !

La vue :

Les moustiques voient très mal, mais distingueraient des formes et des contrastes. Par exemple, un piège se doit d'être visible et pas complétement noyé dans la végétation.

La chaleur :

Le moustique s’en servirait en particulier pour choisir l’emplacement de la piqure.

Les lumières :

La lumière bleue des LED fonctionne comme attractif sur les moustiques (comme sur les mouches), en particulier sur les espèces nocturnes. le moustique tigre qui attaque en plein jour (diurne) est par nature moins sensible car la lumière est moins visible.

Remarques :

Les pièges utilisent une ou plusieurs combinaisons de ces attractifs, il n’est pas défendu d’utiliser les attractifs d’odeur d’une marque sur le piège d’une autre marque.

Chaque espèce de moustiques va être plus ou moins sensible à ces différents attractifs. Par exemple le moustique tigre semble être un peu moins sensible que les moustiques communs au gaz carbonique, mais plus aux odeurs de peau.

Les différents attractifs n’ont pas la même portée. Cela dépend des capteurs sensitifs du moustique. Par exemple, le moustique va détecter la variation de CO2 de loin, suivre la piste, voir le piège, se rapprocher et valider la « proie » avec les odeurs, enfin choisir le lieu de piqure avec la chaleur.