fbpx
lundi, juin 24, 2024
spot_img
AccueilConseils d'utilisationMarre des moustiques tigre ? Rendez votre jardin sec !

Marre des moustiques tigre ? Rendez votre jardin sec !

Si vous avez l’habitude de lire nos articles, vous savez qu’un mot revient plus souvent que les autres : « Anticipation ». Le simple fait de se préparer en avance en rendant son jardin sec dès le printemps permet de considérablement réduire l’invasion de moustiques en été, mais il n’est jamais trop tard pour bien faire.

Mais qu’entendons-nous par « rendre son jardin sec » ? Il ne faudrait tout de même dessécher cette magnifique pelouse dont vous êtes si fier pour la troquer contre une terre dure et aride !

Eh bien pas de panique ! Aujourd’hui nous allons vous apprendre à transformer votre jardin en véritable no man’s land à moustique !

Les bases à connaître

Le moustique tigre est connu pour pondre dans la moindre source d’eau stagnante disponible. Comme on le dit souvent, un dé à coudre suffit.

Le moustique tigre ne fait pas le difficile : qu’il s’agisse d’une piscine abandonnée ou d’un simple bouchon de bouteille, s’il y a de l’eau stagnante et de l’ombre, il y pondra. Grâce à son superpouvoir lui permettant de détecter l’eau, il pourra se faufiler dans les moindres interstices pour accéder à la source. C’est probablement pour ça que vous pouvez en apercevoir se faufilant entre les dalles de votre terrasse sur plot.

En revanche, il n’y a pas de soucis à se faire pour votre pelouse ou vos massifs floraux. Normalement l’eau ne stagne pas.

Certes, vous pourrez constater une forte présence de moustiques dans les lieux végétalisés de votre jardin qui sont souvent les endroits où vous êtes le plus assaillis, mais pas d’inquiétude : les moustiques ne font que s’y reposer, ils ne peuvent pas y pondre.

Le principal ennemi du moustique est la déshydratation, c’est pour cela qu’on le retrouve dans les endroits où l’atmosphère est plus humide (végétation, arrosage automatique, piscine…). Mais s’il n’y a pas d’eau stagnante, ils ne sont pas nés à cet endroit.

Graphique de reproduction des moustiques
Calculs basés sur les données de l’EID Atlantique

Un moustique tigre peut pondre jusqu’à 750 œufs en 5 pontes au cours de sa vie. Et selon la météo, avec des températures très élevées, les œufs peuvent éclore puis passer du stade larvaire au stade adulte en seulement une semaine !

Vous l’avez compris, ça peut aller très vite. C’est pour ça qu’il est très important d’éliminer les premiers moustiques de l’année, pour stopper la chaîne.

Éliminer les points d’eau

Pour éviter de se retrouver avec des milliers de moustiques affamés dans son jardin, il convient de stopper le problème à sa source : l’eau. Si le moustique tigre ne pond plus chez vous, comme il se déplace peu, il aura moins tendance à venir chez vous pour vous piquer. Et si vous convainquez vos voisins de faire de même, vous devriez être beaucoup plus tranquille pour l’été, à condition de ne pas baisser votre garde.

Les points d’eau basiques

Mais ces fameux points d’eau, quels sont-ils ?

Pour trouver les plus évidents, il suffit de vous rendre dans votre jardin, et de l’observer attentivement.

Les moustiques tigres raffolent de ces bâches à l’abandon

Est-ce que vous voyez de potentiels récipients ? Des jouets d’enfant mal rangés, des coupelles sous les pots de fleur, de la décoration creuse… Il convient de se débarrasser de tout cela, ou au moins d’éviter qu’ils puissent servir de réceptacle pour l’eau.

Vous pouvez également remplir les soucoupes de terre ou de sable. Cela permettra de conserver l’humidité tout en empêchant les moustiques de pondre. L’eau restera dans le substrat et le moustique ne pourra pondre.

Remplir les coupelles des plantes empêche les moustiques d'y pondre
Une soucoupe que les moustiques ne vont pas aimer !

Pensez à bien regarder sous les massifs floraux. Le vent peut y apporter des détritus qu’on ne remarque pas au premier abord.

Les points d’eau cachés

Vous avez supprimé tous les points d’eau visibles ?

Parfait, maintenant, il faut s’occuper de ceux que l’on ne voit pas, ou qu’on ne suspecte pas.

Munissez-vous de votre plus fiable échelle, il est temps de vous occuper de votre gouttière !

Eh oui, on ne pense pas souvent à nettoyer sa gouttière tant qu’elle fonctionne, mais le vent peut y amener des feuilles mortes qui peuvent partiellement la boucher et créer de petits points d’eau indétectables depuis le sol. Assurez-vous de nettoyer plusieurs fois par an votre gouttière, de vérifier sa pente, afin de ne laisser aucun point d’eau stagnante qui pourraient faire le bonheur des moustiques. Attention aussi aux toits terrasses qui n’évacuent pas totalement l’eau.

Ensuite, si vous faites un peu de jardinage, il est possible que vous ayez une cuve de récupération d’eau. Assurez-vous de toujours couvrir ce récipient, de le rendre étanche afin que les moustiques ne puissent pas y accéder pour pondre.

récupérateur d'eau étanche aux moustiques
Si vous oubliez de refermer votre cuve, les moustiques s’en donneront à cœur joie

Adeptes du compostage, voilà de quoi alimenter votre bac : les feuilles mortes !

Les feuilles mortes peuvent également poser un problème, souvenez-vous de ce que nous avons dit plus tôt : un dé à coudre suffit !

Ainsi, pour peu que vous ayez des plantes à feuilles concaves (par exemple du bambou), les tapis de feuilles mortes à leur pied peuvent héberger une réserve d’eau suffisante pour devenir un gîte larvaire. Veillez donc à nettoyer votre jardin régulièrement.

Attention justement à l’arrosage automatique ! Si les asperseurs arrosent la pelouse, il n’y a pas de problème d’eau stagnante. Mais si, en bordure du rayon d’action, ils arrosent des feuilles mortes, celles-ci vont contenir de l’eau en permanence et donc devenir de potentiels gîtes larvaires.

Votre mare attire-t-elle les moustiques ?

Si elle n'est pas correctement entretenu, votre mare peut attirer de nombreux moustiques.
Votre mare, un potentiel nid à moustique ?

Et maintenant, une question piège : votre mare est-elle une usine à moustique ?

La réponse est : ça dépend. S’il s’agit d’une simple mare décorative avec quelques nénuphars, mais aucune vie dedans… Effectivement, les moustiques vont s’y plaire !

Mais il suffit d’y installer des poissons pour ne plus avoir à s’en soucier ! Les larves de moustiques sont en effet un mets de choix pour les poissons de toute sorte. Elles sont même recherchées par les aquariophiles tant les poissons adorent ces petites friandises !

Des carpes Koï ou simplement des poissons rouges pourront ainsi décorer votre jardin tout en le protégeant, et ce, pendant de nombreuses années (35 ans en moyenne, sans compter la reproduction pour les carpes Koï).

Et enfin, si jamais vous tenez à laisser quelques coupelles d’eau pour abreuver les hérissons ou les oiseaux, ou des abreuvoirs pour vos animaux (poules, chiens, chats…) vous pouvez continuer à le faire… À condition de changer l’eau de la coupelle tous les 3 à 4 jours, afin d’empêcher les larves de devenir adultes.

Vous avez désormais toutes les clefs en mains pour rendre votre jardin sec. Les moustiques cherchant à pondre se détourneront de VOTRE jardin et irons pondre ailleurs. Si vous avez des pièges pondoirs comme les BG GAT, ils deviendront très efficaces, le moustique tigre n’ayant pas d’autres alternatives de lieu de ponte…


Et maintenant, le voisin

Les piscines abandonnées sont le paradis des moustiques
Un paradis pour les moustiques, qui deviendra rapidement votre enfer

Oui, nous avons parlé de votre jardin, mais il reste un point important à respecter et qui parfois peut être compliqué : sensibiliser votre voisin.

Car si le moustique ne se déplace que de quelques dizaines de mètres autour des lieux de pontes, c’est largement suffisant pour traverser la haie qui vous sépare de votre sympathique voisin.

Et si ce charmant voisin ne rend pas lui aussi son jardin sec, des moustiques qui seront nés chez lui pourront très bien venir vous piquer.

Pire encore, s’il possède une piscine qu’il laisse à l’abandon, vous serez autant piqué en été qu’au cœur de la jungle amazonienne ! Des centaines de litres d’eau stagnante, le pire avec des objets flottants, le paradis rêvé de tous moustiques !

Et comme il n’existe aucun moyen légal de l’obliger à prendre soin de son terrain, votre seule solution consiste à vous armer de votre plus beau sourire, et à lui faire comprendre l’importance de vider ses points d’eau. Par exemple en lui envoyant le lien de cet article 😉

Vous avez repéré d’autres types de points d’eau, ou vous n’êtes pas sûr du comportement à adopter ? N’hésitez pas à poser votre question en commentaire, nous nous ferons un plaisir de vous répondre.

Alain
Alain
Cofondateur d'Antimoustic.com, j'ai acquis une solide compréhension des moustiques et de leur comportement. Ce blog me permet de partager avec vous mon expérience.

9 Commentaires

    • Bonjour,
      L’Aquatain applique un film en surface pour étouffer les larves, tandis que le BTI traite l’eau avec une bactérie toxique pour les larves de moustiques.
      Le choix du produit se fera en fonction de la nature et de la surface d’eau à traiter.

  1. Bonjour. Je vis à Malaga en Espagne en montagne proche de la mer. J’ai plusieurs type de moustique s dans mon environnement malheureusement. J’ai barricadé les portes et fenêtres de la maison avec des moustiquaires. Ce fut le plus efficace nous ne pouvons pas profiter de l’extérieur l’été malheureusement infecté de moustiques mais les moustiquaires furent la meilleure solution et la plus efficace après avoirs testés pas mal de produits ou solutions recommandé sur internet. Du coup à la maison je passe quelques moments la nuit à chercher les infiltrés et on passe une nuit convenable. Mais l’année dernière et encore plus cet été une invasion de moustique minuscule mais vraiment petit deux fois voir 3 fois plus petit que le moustique tigre présent aussi. Il parvient à pénétrer par la moustiquaire il ne fait casi aucun bruit et ses piqûres font mal. Il est casi invisible sans exagérer. J ai acheté une lampe torche puissante pour les chasser. Mais c’est un vrai calvaire pour moi et mon petit surtout les autres membres de la famille sont épargnés. Le problème c est que je ne trouve rien sur lui sur internet. Pouvez m’éclairer et m’aider merci d’avance. ( après avoir piquer 2 ou 3 fois il me semble qu’il ne peut à peine voler mais reste difficile à repérer)

  2. Bonjour
    Très interessant!
    Propriétaire d’un très petit jardin (<100 m²), très sec (hélas), je suis tout de même gêné par les moustiques, qui m’empêchent de profiter de ma terrasse, malgré un piège BG-Mosquitaire… J’ai l’impression que celui-ci est surtout efficace sur les moustiques tigres. Je pense plutôt être envahi par des moustiques communs dont peu de gens parlent.
    Qu’en pensez-vous, faut-il ajouter du CO2 ce qui est pour la petite surface en question semble ridicule…
    J’ajoute qu’il n’y a pas le moindre point d’eau connu autour de moi, pas de piscine chez le voisin.
    Merci d’avance
    Jacques dans le 06

    • Le Biogents Mosquitaire a effectivement un meilleur taux de capture sur les moustiques tigre. Il faut effectivement bien identifier votre ennemi. Les moustiques communs attaquent plutôt le soir et la nuit, les tigres le jour. Les premiers peuvent venir de loin, les tigres de chez vous ou de votre voisinage direct.

  3. Bonjour. Je réside sur l’île de Marie Galante. J’essaie de limiter les points d’eau stagnante, mais les chenaux constituent un point faible qu’il faudrait surveiller en permanence, ce qui n’est pas possible, compte tenu du climat local.
    J’ai deux appareils Biogents et divers autres appareils et lampes, mais mes locataires épisodiques souffrent de piqures dont je ne sais comment faire pour les éviter.
    Les appareils à gaz sont-ils réellement efficaces sous nos tropiques? Avez-vous des retours d’installations en conditions comparables?
    Merci.

    • S’il y a des gites larvaires, les pièges avec CO2 captureront plus de moustiques, mais la lutte est sans fin. Il faut faire en sorte que l’eau ne stagne pas plusieurs jours, utilisation possible aussi du BTI et des pièges pondoirs comme les BG GAT en complément.

Les essentiels